9 septembre 2019

LYCEE GUSTAVE EIFFEL

UN RYTHME VERTICAL POUR UNE RÉNOVATION EN DEUX TEMPS




Si le programme dans sa version achevée est prévu pour 2018, déjà en septembre dernier, les 1200 élèves du Lycée Gustave Eiffel à Gagny (93) ont pu faire leur rentrée dans un établissement complètement lifté. Tandis que le bâtiment historique a bénéficié d’une rénovation de grande ampleur, un tout nouveau sort peu à peu de terre.








Implanté sur les hauts de Gagny, le lycée Gustave-Eiffel fait partie des 23 lycées de Seine-Saint-Denis à profiter d’importants travaux de rénovation (cantines, toits, façades, équipements sportifs…) initiés par la Région. C’est ainsi que ces derniers mois, il a connu une restructuration complète, s’accompagnant, en parallèle, d’une extension sur la partie basse du site. Marc Nicolas, l’architecte en charge de cette opération explique : « L’ouvrage comprend deux bâtiments, le premier existant qui a fait l’objet d’une réhabilitation d’envergure, et le second qui est en train de sortir de terre, prévu en ossature bois. » Pour la maîtrise d’oeuvre, le challenge était alors de lier deux réalisations distinctes mais ne formant qu’un seul et même ensemble.




 



















UNE DOUBLE ORIENTATION DEUX BÂTIMENTS, DEUX OPERATIONS D'ENVERGURE

En plein centre-ville, la création de cette véranda de 6 mètres Pour le bâtiment à rénover, toutes les baies étaient à reconstruire. Pour cette partie du chantier, l’entreprise Paret en charge de la pose des menuiseries a souhaité installer des produits de la gamme SEPALUMIC, en l’occurrence les fenêtres à ouvrant caché 5200. « Ici, nous avons mis en oeuvre une vingtaine de châssis sécurisés mais aussi des Invisivents puisqu’il n’était pas possible d’envisager un système de ventilation double flux », précise Jean-Marc Pannat, cadre chez Paret. Reprise de doublage en intérieur et en extérieur, intégration de stores résistants aux grands vents aussi et faux vantaux en façade pour casser le rythme esthétique… le tout dans un ensemble aluminier cohérent.

 

 















UNE LECTURE MUSICALE

Côté bâtiment neuf, actuellement encore en cours de construction, des vitrages de grandes dimensions sont prévus sur d’importants volumes de châssis, des vitrages scindés en deux avec des épines de murs rideaux traités en bandes horizontales pour affiner les menuiseries. Et finalement, un lycée flambant neuf offrant une « lecture musicale » selon son concepteur Marc Nicolas qui a également joué avec les couleurs pour évanouir les fenêtres et donner à son ouvrage « un rythme vertical ».

Sur cette opération, la gamme de menuiseries à ouvrants cachés proposée par SEPALUMIC a encore su séduire. D’ailleurs le bilan dressé par Jean-Marc Pannat en dit long sur la réussite du projet : « Techniquement, le produit fonctionne parfaitement et esthétiquement le rendu est top ! Nous l’avons d’ailleurs réutilisé dans le cadre d’un autre chantier, un hôpital psychiatrique dans le Sud de la France ! » En attendant la suite…